Page:Rozier - Cours d’agriculture, 1781, tome 1.djvu/494

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



AMBRE. Les auteurs ne sont pas d’accord sur l’origine de cette substance légère, opaque, de couleur cendrée, & parsemée de petites taches blanches. Les uns pensent que c’est l’excrément de la babine ; d’autres que c’est une fiente d’oiseaux ; ceux-ci un mélange de miel & de cire, cuits & digérés par le soleil & par le sel marin ; ceux-là, & avec plus de raison, croient que c’est une sorte de bitume qui coule du sein de la terre dans la mer, sous une forme liquide, & qui s’épaissit ensuite. On le trouve sur les bords de la mer, sur-tout après les tempêtes. On reconnoît le bon ambre gris, lorsqu’en le piquant avec une aiguille chaude, il rend un suc gras & odoriférant ; il est en partie dissoluble dans l’esprit de vin, & en partie dans l’eau. Il y a quelques années, que la passion de la nation françoise pour l’odeur d’ambre étoit allée à l’extravagance. Tout étoit ambré, jusqu’au papier à lettres. Heureusement cette frénésie n’a pas duré long-tems : les parfumeurs seuls y trouvoient leur compte.

Il y a encore un ambre blanc, qui ne diffère du précédent que par sa couleur & son odeur moins active. Il est inutile de parler de l’ambre noir ou renardé. On falsifie l’ambre gris avec des gommes & autres drogues, lorsqu’il est nouvellement sorti de la mer, & sur-tout avec la fine fleur de la farine de riz.

On dit que l’ambre gris fortifie le cœur, l’estomac & le cerveau. On auroit beaucoup plus de raison de dire qu’il attaque les nerfs, & que son usage habituel nuit essentiellement à l’odorat. On avoit dit qu’il étoit avantageux dans les maladies convulsives des enfans, dépendantes des matières acides dans les premières voies. Détruisez la cause par l’usage des absorbans, & l’ambre sera inutile. On l’emploie assez vainement dans plusieurs préparations pharmaceutiques.


Ambre jaune, ou Succin. (Voyez Succin)


AMBRETTE. (Poire d’) (Voyez Poire)


AMBROISIE, ou Thé du Mexique. (Voyez Pl. 12, p. 405). M. Tournefort la place dans la seconde section de la quinzième classe des fleurs à pétales, à étamines, dont le pistil devient une semence enveloppée par le calice, & il la nomme chenopodium ambrosioïdes. M. le chevalier Von Linné la classe dans la pentandrie digynie, & l’appelle chenopodium ambrosioïdes.

Fleur, apétale, c’est-à-dire, sans corolle ni pétales, composée de cinq étamines, & d’un calice concave découpé en cinq folioles concaves, ovales, membraneuses à leurs bords. Ce calice B tient lieu de la corolle. En C, il est vu par-dessous. Les étamines font l’alternative avec les divisions du calice. Leurs filets sont longs, & les anthères arrondies & alongées par les deux bouts. Le pistil D est placé au centre ; il est composé de l’ovaire, & de deux stigmates disposés en cornes.

Fruit E, semence orbiculaire, en forme de lentille, placée sur le réceptacle, dans le calice qui s’est refermé en devenant pentagone, F.

Feuilles, angulaires, lancéolées,