Page:Rozier - Cours d’agriculture, 1782, tome 2.djvu/301

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


femme ; il s’éclaircit difficilement & par conséquent a besoin d’être collé & fouetté. La blanquette de Limoux a beaucoup de réputation.


BLATIER. C’est pour ainsi dire le colporteur des grains d’un marché à l’autre. Il en achète une certaine quantité, & spécule sur cette quantité, en observant que la mesure de tel marché est plus grande ou plus petite que celle de tel autre, & le prix n’est pas toujours en raison de la différence de grandeur des mesures ; c’est ce qui assure son bénéfice. La loi lui défend d’exposer aucun blé mélangé, & lui ordonne que celui du fond du sac soit aussi beau que celui de dessus. Dans le cas de contravention prouvée, la marchandise est confisquée, & il paye cinquante livres d’amende.


BLATTE. (Voyez au mot Insecte sa gravure qui la représente) Nous ne parlerons ici que de la blatte des cuisines & des greniers ; & c’est la même. Les autres espèces sont indifférentes pour l’agriculteur. M. Geoffroy la caractérise par cette phrase : Blatta ferrugineo-fusca, etytris fulco ovato impressis, abdomine brevioribus. Cet insecte est de couleur brune, comme brûlée ; ses antennes longues & unies, surpassent d’un tiers la longueur du corps, & sont composées d’une infinité d’anneaux courts. La tête est petite & presque entièrement cachée sous la platine du corcelet qui est large & ovale. Les étuis, de la même couleur que le reste du corps, sont transparens, membraneux, & plus courts d’un tiers que le ventre. Du haut de chacun partent trois stries principales, & presque toutes trois du même point. La femelle n’a ni étuis, ni ailes, mais seulement deux moignons au commencement des uns & des autres. Aux deux côtés du dernier anneau du ventre, sont deux appendices vesticulaires, débordant le ventre, longs d’une ligne, qui paroissent striés transversalement, à cause des anneaux dont ils sont composés. Les jambes sont très-épineuses. Ces insectes se trouvent communément autour des cheminées & des fours des boulangers. Leur larve se nourrit de farine, de pâte, & fait beaucoup de dégât ; ce qui l’a fait nommer dans beaucoup d’endroits, la pannetière. Elle paroît être très-vorace, puisqu’elle dévore les jeunes vers à soie qu’on a mis éclore, ainsi que leur graine.


BLÉ, ou Bled. Nom qu’on a donné en général à toutes les substances farineuses dont on peut faire du pain. Cependant l’exception particulière se rapporte directement au froment dont M. le chevalier von Linné compte onze espèces, sans parler des variétés. On ne peut assurer positivement de quel pays il est indigène, ou bien si on le doit à une plante graminée si perfectionnée par la culture, qu’on ne reconnoît plus son type. Quelques auteurs l’ont dit originaire de Sicile, sans doute par conjecture, puisqu’ils ne l’ont point prouvé. Des voyageurs ont avancé qu’on le trouvoit chez les illinois & chez les calliforniens, mais que son grain n’étoit guère plus gros que celui du millet. Cette différence de grosseur, & plusieurs autres consi-