Page:Rozier - Cours d’agriculture, 1782, tome 2.djvu/316

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


sous-divisée en une infinité de branches qui alloient se perdre dans l’intérieur de l’un & de l’autre lobe. C’est cette adhérence du pédicule qui fut cause que le germe ne put être détaché sans déchirer l’extrémité du pédicule.

Le même jour M. Poncelet examina avec la lentille un autre grain planté dans le même tems que le précédent, & qu’il n’avoit pu conserver en entier, ayant été obligé de le disséquer, pour découvrir la communication du germe avec les deux lobes, au moyen du pédicule E (Fig. 3) terminé en plusieurs branches. Il découvrit dans ce nouveau grain la fente AC (Fig. 4) bien plus ouverte qu’auparavant ; il apperçut au-dedans de cette fente plusieurs pièces BCD, d’une blancheur éblouissante, toutes parsemées de globules brillans, clairs, transparens comme l’eau de roche. La feuille C étoit concave, & paroissoit envelopper, du moins en partie, la feuille convexe B. Après avoir bien examiné ce grain, sans l’endommager en aucune de ses parties, il le remit dans la terre.

Le neuvième jour il retira de terre ce même grain ; & l’ayant successivement observé avec les lentilles, n°. 2, 3 & 4 du microscope simple, il apperçut que les pièces qui, la veille, avoient la forme des feuilles du sedum, étoient devenues d’une figure toute différente, quoique la couleur fût toujours la même. La pièce A (Fig. 5) avoit la forme d’une corne recourbée, elle portoit une espèce de bourse à peu près ronde B, à côté de laquelle on voyoit une seconde bourse, d’où sortoit une pièce cylindrique C, pareille à la pièce A. Enfin une troisième pièce D, sortoit d’une bourse semblable aux précédentes, moins longue que la pièce A, & plus longue que la pièce B. Les observations finies, le grain fut remis en terre.

Le dixième jour ce grain fut déterré, & M. Poncelet vit toutes les parties déjà décrites fort développées. Il vit en A (Fig. 6) les premières feuilles, nommées par les uns, feuilles séminales, & par les autres, plumes. Elles étoient au nombre de trois, de couleur un peu ambrée. Il apperçut au bas du grain, en BBB, les fragmens des trois bourses déchirées, de chacune desquelles sortoit une radicule CCC. Le grain fut remis en terre.

Le même jour il en déterra un autre, planté dans le même tems que celui dont on vient de parler. Il l’ouvrit pour savoir s’il distingueroit cette ramification rouge, citée plus haut ; mais il n’apperçut ni la couleur, ni la ramification, pas même avec la plus forte des lentilles ; l’une & l’autre avoient été oblitérées par l’excessif gonflement des lobes. Il en mit des fragmens au foyer de la lentille, n°. 7, & il remarqua une infinité de globules de différentes grosseurs, & de particules qui n’avoient point la forme de globules ; elles approchaient plutôt de la figure d’une ramification.

Comme le germe de ce même grain de blé avoit déjà pris un degré d’accroissement considérable, M. Poncelet en prit un fragment, qu’il plaça au foyer de la lentille, n°. 7, pour voir s’il appercevroit