Page:Rozier - Cours d’agriculture, 1782, tome 2.djvu/493

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


il résulte de ces dispositions des défauts essentiels & faciles à concevoir. Passons à la description de la nouvelle brouette.

On remarque que ce qui empêche le déversement du poids dans les brouettes ordinaires, est que son centre de gravité E, (Fig. 3) répond à peu près au milieu du levier, & est suspendu par trois points qu’on peut regarder comme trois appuis posés triangulairement. Le premier est à la roue, & les deux autres, un à chaque main qui soulève la charge. Or, les points étant conçus joints par des lignes droites, forment un triangle isocèle ABC, dans la perpendiculaire duquel AD, & au point E, répond le centre de gravité du poids, ce qui fait qu’il ne peut tomber vers le centre de la terre, ni beaucoup s’écarter à droite ou à gauche. On sent de-là que le centre de gravité étant censé aller de A en D, en parcourant tous les élémens du triangle le long de sa perpendiculaire, le déversement diminuera à mesure que le centre de gravité approchera plus de A que de D ; mais aussi la charge de la puissance diminuera, de manière que si son conçoit le centre de gravité du poids, situé dans la même verticale que E, le déversement sera le plus grand, & le poids le plus petit, & même zéro par rapport à la puissance.

On voit aussi que plus les brancards de la brouette seront raccourcis, plus il sera facile de soutenir le déversement du poids, qui agira alors sur les leviers plus courts, AF & AG. Il suit de-là, qu’en adaptant une seule roue à une brouette, il n’est guère possible de la rendre commode & utile dans la pratique, sans que le manœuvre ait les bras chargés d’une partie du poids ; mais cette partie du poids ne sera pas incommode, soit lors du roulage, soit lors de la décharge, quand elle n’excédera pas quinze à vingt livres. Pour y parvenir, on a jugé à propos de poser les tourrillons A, (Fig. 4) qui supportent la caisse à bascule, de manière qu’ils répondent à plomb sur l’essieu B de la roue, lorsque la brouette roule ; & que la partie AC de la caisse, depuis les tourrillons jusqu’à son extrémité du côté de la puissance, soit de quatre pouces environ plus longue que la partie restante de l’autre côté. On a réduit aussi les brancards à trois pieds & demi de longueur seulement ; savoir, trois pieds trois pouces depuis le tourrillon de la roue jusqu’à l’extrémité du côté de la puissance, & trois pouces de l’autre côté, à cause de la force qu’il faut laisser à ces brancards, par rapport au frottement de l’essieu de la roue : moyennant ces précautions, le déversement du poids n’est presque pas sensible, le manœuvre le maintient facilement & roule aisément sa brouette.

Construction d’une seconde brouette à deux roues. Il est évident qu’en adaptant deux roues à une brouette, il n’y aura plus de déversement, & qu’on pourra faire répondre le centre de gravité de la caisse à bascule dans les tourrillons de la même bascule, & les placer de manière qu’ils répondent à la même verticale que l’essieu des roues : mais afin de conserver la solidité de l’essieu & des roues, on assemble les roues fixément, comme celles de la première