Page:Rozier - Cours d’agriculture, 1782, tome 2.djvu/575

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


pagne & du Bas-Languedoc ; fleurit en Juin, Juillet, & est vivace.

Port. Espèce de sous-arbrisseau, dont les tiges ont à peu près un pied de longueur ; elles sont en grand nombre, un peu velues, blanchâtres ; les fleurs naissent des aisselles des feuilles, rassemblées, & les feuilles sont alternativement placées sur les tiges.

Propriétés. L’herbe & les feuilles ont une odeur de camphre, & sont âcres au goût. Elles sont expectorantes, incisives, anti-asthmatiques, emménagogues, sudorifiques & apéritives. On s’en sert dans la toux catarrale, l’asthme pituiteux, contre l’oppression dépendante d’une surabondance de matière muqueuse dans les bronches du poumon. Elles retardent les progrès de la phthisie pulmonaire essentielle récente avec un peu de fièvre & de toux, diminuent & souvent guérissent les fleurs blanches qui ne sont entretenues par aucun virus, & qui existent depuis peu de tems.

Usages. On emploie l’herbe & les feuilles en infusion dans l’eau ou dans le vin blanc, à la dose de deux drachmes ; on peut en donner aux animaux une once en infusion dans une pinte d’eau.


CANAL DE LA SÉVE. Tout vaisseau qui contient, reçoit & sert de conducteur à la séve est son canal. (Voyez les mots Arbre, Bractée, Branche). On dit que le canal est direct, lorsque la branche forme une ligne perpendiculaire avec le tronc, & c’est ce canal qu’on doit absolument retrancher, & faire que soutes les branches décrivent une ligne oblique sur le tronc, alors la séve n’emporte plus dans son impétuosité les jeunes pousses au sommet de la branche ; elle travaille plus par conséquent à former du bois à fruit que du bois gourmand. (Voy. le mot Buisson & sa gravure, Planche 19). Chaque branche y forme une fourche dans toutes ses prolongations, & chaque prolongation détruit ce canal direct. Au mot Pêcher, on indiquera la manière de gouverner les branches d’un espalier.


CANALICULE, Botanique. C’est une petite rainure ou sillon, que l’on remarque quelquefois sur les pétioles & les feuilles. Le pétiole est canaliculé ou cannelé, lorsque sa surface est creusée par un sillon ou une gouttière profonde & longitudinale ; lorsqu’une pareille gouttière ou sillon règne sur la surface des feuilles, elles portent le même nom. (Voyez Feuille & Pétiole) M. M.


CANARD, CANE, CANETON. Ces trois mots désignent le père, la mère & le petit. Le mâle est plus gros que la femelle ; & ce qui le distingue encore, est un assemblage de quelques plumes de la queue, pliées en rond, & retroussées vers son extrémité supérieure.

Cet animal domestique est d’un grand produit dans une métairie ; il multiplie beaucoup ; il exige peu de soins, même dans son premier âge. Le moindre bourbier suffit ; mais si on a une eau courante, claire, & dans laquelle l’animal puisse nager, sa chair sera plus délicate, & il grossira beaucoup plus. Il faut l’éloigner des lieux où l’on élève du poisson ; le fretin est sa