Page:Rozier - Cours d’agriculture, 1782, tome 2.djvu/588

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tiennent plusieurs ; à cinq loges, comme la pyrole, dont chaque cavité est remplie de semences : la capsule du tilleul est aussi à cinq loges, & ne devroit contenir que cinq semences, mais il n’y en a ordinairement qu’une seule qui réussisse ; à six loges remplies de semences, comme l’aristoloche, le cabaret ; à huit loges, le lin ; à dix loges, quelques espèces de lin ; enfin à loges nombreuses & indéterminées, comme les cistes & le nénufar.

Quelquefois les loges des capsules sont tellement distinguées, qu’elles forment plusieurs capsules réunies, mais distinctes ; alors cette espèce de péricarpe devient polycapsulaire. (Voyez Péricarpe) M. M.


CAPUCHON. (Voyez le mot Coeffe)


CAPUCINE, ou Cresson d’Inde ou du Pérou. M. Tournefort la place dans la seconde section de la onzième classe, qui comprend les herbes à fleur de plusieurs pièces irrégulières, dont le pistil devient un fruit à plusieurs loges, & il l’appelle cardamindum ampliori folio & majori flore. M. von Linné la nomme Tropælum majus, & la classe dans l’octandrie monogynie.

Fleur, composée de cinq pétales inégaux, les deux supérieurs plus grands, les inférieurs barbus près de leurs onglets. Le calice d’une seule pièce, coloré, divisé en cinq découpures, se prolongeant en arrière, formant un nectar en forme d’alène plus long que le calice.

Fruit. Trois baies solides, convexes d’un côté, sillonnées & anguleuses de l’autre ; chaque baie renferme une semence à peu près semblable.

Feuilles, soutenues par de longs pétioles, faites en rondache, comme divisées en trois lobes, planes, unies, entières.

Racine, fibreuse.

Port. Tiges herbacées, pliantes, s’élevant contre les supports qu’on lui présente, & s’y attachant par ses feuilles.

Les fleurs sont solitaires ; une des trois semences avorte ; les feuilles sont placées alternativement sur les tiges.

Lieu. Originaire du Mexique où elle est vivace. Elle en fut apportée en 1684 ; fleurit tout l’été. Cette plante est également vivace en France, si on la préserve des gelées.

Propriétés. Toute la plante est âcre & piquante ; la fleur est odoriférante : on la regarde comme un excellent détersif ; elle est résolutive, diurétique, antiscorbutique.

Culture. On la sème ou dans des caisses pour être replantée, ou sur place. Cette dernière manière est préférable, surtout dans les pays où l’on craint peu les gelées tardives. Si on la sème en place, il convient de préparer, 1°. des creux d’un pied de profondeur, de les remplir de bonne terre mêlée avec beaucoup de fumier, ou de faire des tranchées de la même profondeur sur la même largeur. 2°. Arroser fréquemment, & ne pas inonder dès que la plante commence à avoir quelques pouces de hauteur. 3°. Lui donner de bonne heure des tuteurs comme aux pois. Plus il fera chaud, plus il faudra souvent arroser, & les tiges s’élèveront alors sur la ramée à la hauteur de six à huit pieds.

Si on sème dans des caisses, dès