Page:Rozier - Cours d’agriculture, 1785, tome 6.djvu/353

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tombera, un palefrenier frottera légèrement &c continuellement la partie douchée.

Si l’ophtalmie ne cède pas à ces premiers soins, on appliquera les vésicatoires aux tempes, ou derrière les oreilles, & on entretiendra l’écoulement pendant quelques semaines, au moyen de l’onguent vésicatoire, adouci avec l’onguent basilicum.

Le séton fait au cou, ouvert de haut en bas, produit aussi de bons effets lorsqu’il donne abondamment.

Si l’inflammation des yeux est très considérable, il est bon d’appliquer sur ces organes un cataplasme de mie de pain & de lait, adouci avec du beurre frais ou de la très-bonne huile. Lorsque l’inflammation est dissipée, on fortifie les yeux, en les étuvant soir & matin avec une partie d’eau-de-vie dans six parties d’eau, ou avec une partie de vinaigre dans huit d’eau ; ou avec deux gros de vinaigre de plomb, & autant d’eau-de-vie que l’on met dans quatre livres d’eau de fontaine.

Mais si l’ophtalmie est symptomatique, il faut d’abord traiter la maladie dont elle est un symptôme ; autrement, tous les remèdes qu’on vient de prescrire, ne parviendront jamais à guérir l’inflammation des yeux. M. B. R.


LUNE. (physique Rurale) Il n’entre certainement point dans le plan de cet ouvrage, de parler astronomie & haute physique ; mais nous nous sommes imposés la loi de ne rien omettre de ce qui pourroit servir à l’instruction des cultivateurs. Non-seulement le peuple, le simple habitant de la campagne a de fausses idées sur la lune, & abandonne son esprit à une foule de préjugés sur cet astre. Mais, combien de gens encore, qui, d’après leur fortune, ou leur naissance, devroient être instruits, le sont peu a cet égard ? L’influence extraordinaire que l’on attribue à la lune sur presque toutes les opérations rurales, entraîne souvent dans de fausses opérations ; mais cette influence n’en est pas moins réelle dans certaines circonstances, & la même loi qui soulève périodiquement les flots de la mer, doit nécessairement agir sur notre atmosphère, & l’on sait combien presque toutes ces opérations dépendent de l’état naturel de l’atmosphère. On peut voir au mot Almanach, que les points lunaires ont une très-grande influence sur les changemens de temps. Cette influence sera encore plus sensible lorsque nous aurons fait une plus grande suite d’observations météorologiques, & que nous les aurons comparées avec les différens mouvemens de la lune. Il est donc très-intéressant d’avoir une idée, au moins générale, de cet astre. Nous allons tâcher de la donner d’une manière claire & précise.

La lune est une planète secondaire, qui fait sa révolution autour de la terre comme son centre. Les astronomes ont donné le nom de satellites aux corps planétaires, dont la révolution se fait autour d’une autre planète. Il est de tous les corps célestes celui qui est le plus proche de la terre, & il fait sa révolution dans l’espace de vingt-sept jours sept heures & quarante trois minutes. La route que la lune parcourt, ou son orbite, est incliné au plan de