Page:Ségur - La Santé des enfants.djvu/16

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


dité aux pieds ; aura un bon estomac et par conséquent de bonnes digestions.

Si toutefois la dentition ou un refroidissement amenait un vomissement et un dérangement d’entrailles, donnez à l’enfant pendant la durée de l’indisposition :

Une nourriture légère, pas de soupes grasses ; des panades, du riz cuit à l’eau et au sel et sauté dans du beurre frais, des tartines de pain et de beurre, du pain sec à volonté et autres mets sains et légers.

Faites boire soit de l’eau de riz, soit de l’eau de gomme, soit de l’eau panée, fraîche et légèrement sucrée ; on peut en donner trois ou quatre verres par jour ; mais si l’enfant n’a pas soif, il ne faut pas le forcer à boire.

Si le dévoiement persiste, prenez un blanc d’œuf cru et aussi frais que possible ; mettez-y une grande cuillerée de sirop de gomme ou de sucre râpé, battez-le jusqu’à ce qu’il soit en mousse ; alors, ajoutez un verre d’eau fraîche en continuant de battre et en versant l’eau tout doucement.

Faites-en prendre à l’enfant une cuillerée toutes les heures, en ayant soin de battre chaque fois.

Interrompez quand le dévoiement est arrêté depuis plusieurs heures.

Mettez sur le ventre une feuille de coton cardé que vous ferez tenir en la bâtissant sur un ruban noir autour du corps.

Frictionnez légèrement le ventre avec de l’huile tiédie.

Tenez les pieds bien chauds.

Donnez matin et soir une tasse d’eau de gruau un peu sucrée, chaude ou froide, selon le goût de l’enfant.