Page:Ségur - La Santé des enfants.djvu/22

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


ment est difficile et pénible, parce qu’il faut agir par la force.

Si l’enfant a assez d’intelligence pour comprendre ce qu’on lui dit, et assez de docilité pour le faire, on peut avoir l’espérance d’arrêter cette terrible maladie au début.

Voici le traitement :

Tenir l’enfant au lit, les pieds bien chauds.

Faire prendre matin et soir un bain de pieds d’eau de savon, pendant un quart d’heure ; prendre garde que l’enfant n’ait froid pendant le bain.

Recoucher l’enfant dans un lit bassiné et mettre aux pieds une bouteille d’eau chaude.

Faire boire souvent une boisson acidulée ; la plus agréable est la limonade pas trop sucrée et cuite, c’est-à-dire faite avec de l’eau bouillante qu’on jette sur des tranches de citron dont on a enlevé la peau.

Faire gargariser au moins trois fois par jour avec de l’eau fortement vinaigrée ; vous mettez un quart de vinaigre contre trois quarts d’eau.

Les enfants ne pouvant pas conserver longtemps la même gorgée, il faut leur en faire prendre trois ou quatre, qu’ils crachent successivement.

Il est inutile de faire chauffer l’eau ; il vaut même mieux qu’elle soit un peu fraîche.

S’il n’y a pas d’amélioration au bout d’une demi-journée, faites faire de l’eau d’orge, faites aciduler fortement par un pharmacien avec l’acide muriatique et sucrer avec du miel.

Si l’enfant n’aime pas le miel, sucrez avec du sucre, ou pas du tout si l’enfant le préfère.

Il faut tâcher que l’enfant n’avale pas ce gargaris-