Page:Ségur - La Santé des enfants.djvu/37

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


et noirs ; il peut sortir quand toutes les escarres sont tombées.

La petite vérole volante est la miniature de la petite vérole ; tout est moins grave et les boutons sont moins abondants ; le traitement est le même pour les deux maladies.

J’ajouterai, pour terminer, que si la tête reste engagée et très-douloureuse, malgré les bains de pieds et les cataplasmes camphrés, et que les boutons ne paraissent pas, il faut mettre une petite sangsue à chaque cheville interne et laisser couler le sang pendant une demi-heure. Cette saignée de pieds dégagera la tête et facilitera la sortie des boutons.


urticaire et ortilière.


Cette maladie n’en est pas une ; elle est incommode à cause de la démangeaison affreuse qu’elle occasionne ; mais elle n’empêche ni de manger ni de jouer, ni de sortir ; même en hiver, contrairement à toutes les maladies de peau, le froid provoque sa sortie ; la chaleur diminue plutôt les boutons.

Les symptômes sont des boutons comme des piqûres d’orties, accompagnées de démangeaisons intolérables, surtout la nuit. Habituellement, ces boutons changent de place, tantôt c’est un bras qui en est couvert, un instant après, c’est une jambe, ou un pied, ou le visage.

Il n’y a généralement pas de fièvre ; l’appétit reste bon.

Le seul traitement à faire est de rafraîchir en faisant boire un ou deux verres par jour d’orangeade