Page:Ségur - La soeur de Gribouille, Hachette, 1886.djvu/125

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


madame piron.

Oui, je le jure ; ouvre donc.

— Voici ! » dit Gribouille en tournant la clef et se sauvant sans attendre que Mme Piron ouvrît la porte. Il fit bien, car elle tenait dans la main un pot plein d’eau, qu’elle crut lancer dans les jambes de Gribouille dès que la porte fut entr’ouverte ; mais ce dernier était en sûreté hors de la maison, et Mme Piron eut la douleur d’avoir sali son plan-