Page:Ségur - La soeur de Gribouille, Hachette, 1886.djvu/167

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


de Mme Delmis, à la grande satisfaction de Caroline, qui y avait mis tout son savoir.

« Gribouille prétend que je suis trop vieille pour me coiffer ainsi, dit en riant Mme Delmis.

— Trop vieille ! par exemple ! Cela vous va à merveille, maman ; coiffez-vous toujours ainsi.

— Moi je trouve cette coiffure jolie, mais pas très commode, dit M. Delmis.

madame delmis.

Très commode, mon ami ! rien de si commode ! C’est solide ! Tous les cheveux sont crêpés dessous.