Page:Sénancour - Rêverie sur la nature primitive de l’homme, tome 2.djvu/57

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


L’usage des stimulans… …que par eux (Ob. LXIV,

[103]

71-78). En employant trop,… | …c’est une licence
(Ibid., 89-119), une indépendance illusoire…
…substituant des caprices. (Ibid., 123-124).

[104]

Rien n’est beau… | …sentiment de bien-être(B. VI,
69-81) ; seule volupté habituellement possible à sa
foiblesse ; il s’est éloigné des biens naturels,… …cet
univers sépulcral. (Ibid., 81-90).

[105]

Les stimuIans… | …cherche les dangers (Ob. LXIV,
p. 94, n. 1, 1-18). Le cœur souffre beaucoup moins quand
une aptitude universelle le protège contre les penchans,
et quand une volonté disposée à tout lui ôte les volontés
absolues : il n’y a plus de maux intolérables, quand
il n’y a plus de passions indomptées.




DIX-SEPTIÈME RÊVERIE



Usons du temps actuel… …pas encore réalisé
(B. XV, 7-8). Volentem fata… …nolentem trahunt
(Ibid., 2). La vertu du sage,… …cette heureuse

[106]

imprévoyance (Ibid., 5-7). Mais nos | destinées…
…le plus difficile (Ibid., 13-15). Dans notre état…
…les illusions se dissipent (Ibid., 19-34), nous déplorons
la vanité… …un même délire (Ibid., 35-38).

[107]

Tous se hâtent,… | …des grandes choses (Ibid., 40-
70). La jeunesse,… …elle a commencé. (Ibid., 73-
76).

[108, 109]

L’ame se modifie… | … | …la suit par choix. (Ibid.,
179-219).
Il ne faut pas… …se passeroit à résoudre (Ibid.,