Page:Sévigné - Lettres, éd. Monmerqué, 1862, tome 11.djvu/185

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée

99

1731 1

çant qu’il repartoit le lendemain au point du jour. Tout ce qui s’est pu faire, s’est fait; c’est-à-dire que Verdun *’3 r l’a mené dans ma maison à la chandelle, et là il a pris, à ce qu’il dit, les mesures de tous les tremeaux1 et cheminées encore si à cette grande hâte cela s’est fait bien régulièrement, c’est ce que j’ignore tant y a, qu’il prétend avoir emporté tout ce qu’il lui faut pour pouvoir m’instruire d’Avignon d’une façon claire et sûre, aidé, dit-il, de M. Lainé et du sieur Brunel, le tout en votre présence. Je vous supplie donc, mon cher Marquis, de vouloir présider à cette fameuse assemblée, où vous ne manquerez pas de mettre en œuvre tout ce que vous m’aviez suggéré. Quand j’aurai le mémoire bien juste du sieur Marchand, alors je verrai ici où cette dépensepeut aller, et jeprendrai mon parti. Il a vu ou su que j’ai ici des glaces de miroir et de carrosse dont j’ai dessein de faire quelque chose il l’a approuvé. Il est question de les mettre en état de servir c’est sur quoi il n’eut pas le temps de raisonner, ni de délibérer, et c’est de quoi il m’instruira sans doute aussi, si vous voulez bien l’en faire souvenir.

Vous savez peut-être que don Carlos est arrêté à Antibes s les places dont il va prendre possession ne sont pas encore évacuées 8. Les courriers dans toutes les cours sont en campagne. Ils ont l’air de demeurer tout l’hiver où ils sont à les attendre; et voilà une triste aventure LETTRE 48 (inédite, revue sur l’autographe). t. Voyez ci-dessus, p. 94, note 8. Trois lignes plus loin, l’autographe porte « ce qui lui faut. »

2. Don Carlos était arrivé à Antibes le tj décembre; il s’embarqua le 23 (c’est-à-dire la veille du jour où Mme de Simiane écrivait cette lettre) sur les galères d’Espagne, qui l’attendaient depuis quinze jours. Une tempête l’obligea de relâcher à Monaco il en repartit le sS. Voyez le Mercure de janvier 1732.

3. =Par les Impériaux, qui avaient occupé le Parmezan,àlainortdu duc, en janvier ij3i voyez M. Henri Martin, tomeXV,p. r58et i5g.