Page:Sévigné - Lettres, éd. Monmerqué, 1862, tome 11.djvu/220

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée

i34

es

î532 ad

ad

tri

est naturellement, et telle que vous l’avez vue. Je l’ai admirée, hélas! en femme qui n’a plus de raison* de lui trouver des défauts. J’en suis enchantée. Le premier article vous a-t-il mis de belle humeur8 ? J’espère que vous n’êtes pas fâché des nouvelles du premier sénat; les réponses ont été bien gracieuses; le retour des exilés ne vous déplaît pas6. Je vous en fais mon compliment, Monsieur; mais je ne vous félicite pas plus du retour que du départ la belle action de celui-ci appartient au voyageur. Il y a,encore de la curiosité à avoir pour le i" décembre à chaque jour suffit sa curiosité comme son mal7; ainsi laissons cela et marions Mlle Ranchet8. Vos bontés pour elle en font pour moi un événement intéressant, et je suis bien satisfaite d’ailleurs de la bonne acquisition que nous faisons à Aix. La maison de Mme de Bandol devient brillante; elle se trouve bien de ce nouveau genre de vie, et ses amis, c’est-àdire la très-bonne compagnie, s’y rassemble avec grand plaisir. Le président va et vient de son appartement, selon que le jeu lui plaît. Rien n’est plus décent, plus convenable ni mieux arrangé.

Ligondès, pénétré de votre amitié et de vos vues pour lui, vouloit partir ce matin. Je l’arrête encore quelques 4. Dans l’édition de 1773 « de raisons. »

5. Tout le reste de cet alinéa a été supprimé dans l’édition de 1773.

6. Du premier sénat, du parlement de Paris. Plus de cent quarante conseillers et présidents des enquêtes et des requêtes du parlement de Paris avaient été exilés le 7 septembre l’ordre d’exil était révoqué depuis le 11 novembre (voyez M. Henri Martin, tome XV, p. 166), mais ou ignorait encore si les exilés seraient invités, comme ils le furent en effet, à se rendre le ter décembre à la Messe rouge. Voyez Barbier, novembre et décembre.

7. Voyez tome IX, p. 548 et note 4.

8. Marie-Anne de Ranché épousa Julien-Simon de Périer, conseiller au parlement d’Aix.