Page:Sévigné - Lettres, éd. Monmerqué, 1862, tome 11.djvu/541

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée

NOTICE BIBLIOGRAPHIQUE. 455

47. Lettres de Mme de Sévigné, de sa famille et’ de ses amis. Nouvelle édition, précédée d’un essai biographique et litté-

raire (par Campenon), et ornée de deux portraits. Paris,

Janet et Cotelle, 1822-1823, 1a vol. in-S».

Le tome XII a un second titre, portant Lettres de Mme de

Simiane. Cette édition contient, comme celles de M. Monmer-

qué (n°s 41 et suivants), un choix de poésies, d’éloges, des

opuscules de Charles de Sévigné, de Mme de Grignan, de

Mme de Simiane. 1 a été tiré des exemplaires sur papier

des Vosges, sur papier fin d’Annonay et sur papier vélin.

Voyez le numéro suivant.

48. Lettres de Mme de Sévigné, de sa famille et de ses amis, avec les notes de tous les commentateurs. Paris, Sautelet,

1826, 12 vol. in-80.

Édition ne différant de la précédente que par les titres, que

Sautelet fit imprimer pour la vente des exemplaires sur papier

des Vosges de l’édition publiée par Janet et Cotelle en 1822,

dont il s’était rendu acquéreur.

4g. Lettre écrite par Mme de Sévigné à Mme de Grignan, le ai juin 167 1; rétablie pour la première fois d’après le ma- nuscrit autographe. Paris, J. J. Blaise, 1826, in-8», iv et

2o pages.

C’est notre lettre 177 (voyez tome H, p. M7)* Elle a. été pu-

bliée par M. Monmerqué d’après l’original, qui est aujourd’hui

à la bibliothèque impériale de Vienne, en Autriche; Le texte de

cet original est mis en regard de celui de Perrin.

5o. Lettres inédites de Mme de Sévigné, de sa famille et de ses amis, avec portraits, vues et fac-similé. Paris, J. J. Blaise,

1827, 1 vol. m-8°, XIV et 78 pages. On place d’ordinaire en

tête, à la suite de l’Avertissement, le n° 49.

Ce recueil a été publié par M. Monmerqué (V Avertissement

est signé de son nom), pour faire suite à son édition complète.

Il contient vingt lettres ou fragments de Mme de Sévigné, tirés

du manuscrit Groshois, que M. Monmerqué décrit et apprécie

dans V Avertissement en outre, cinq lettres de la marquise de

Villars, d’Emmanuel de Coulanges et de sa femme. Le volume

est orné de deux portraits, de deuxvues, d’un fac-similé et de la