Page:Sévigné - Lettres, éd. Monmerqué, 1862, tome 8.djvu/274

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée

268

quis[1]; mais tout cela n’est qu’un moment, et l’on revient toujours à Jésus-Christ et à sa miséricorde, car il n’est question de nulle autre chose. Encore ne faut-il pas vous accabler de ce triste récit. Je veux vous remercier, mais bien sérieusement, d’avoir pris un détour[2] pour éviter ces petits ruisseaux qui étoient devenus rivières ; faites toujours ainsi, ma fille, ne vous fiez point[3] à l’incertitude d’une entreprise où il n’y a plus de remède dès qu’on a fait le premier pas dans l’eau. Songez à M. de la Vergne[4] et à moi[5], si vous voulez ; mais enfin promettez-moi de prendre toujours le plus long et le plus sûr[6] : il n’y a nulle comparaison entre s’ennuyer et se noyer. N’étoit-ce pas Pauline qui étoit avec vous dans cette litière ? eh bien! son petit nez vous déplaisoit-il ? Vous me coupez bien court quelquefois sur des détails que j’aimerois à savoir : vous croyez que je vous en écrirai moins ; point du tout, ma très-chère, je ne me règle point sur vous. Votre frère est à la noce de Mlle de la Coste[7] à Saint-Brieuc ; M. de Chaulnes y étoit ; sans ce gouverneur, le marié s’en seroit enfui[8] . Il me semble que j’ai bien des excuses

  1. 13 « Je ne dis pas d’affliction, je dis de consolation et d’envie. Saint-Aubin m’a marqué beaucoup d’amitié, et à vous, sur notre enfant. » (Édition de 1754.)
  2. 14. et Je veux vous remercier, et bien sérieusement, d’avoir pris le plus long, etc. » (Ibidem.)
  3. 15. « Faites toujours ainsi, et ne vous fiez point, etc. » (Ibidem.)
  4. 16. M. l’abbé de la Vergne-Tressan (voyez tome IV, p 277, note 8), aussi distingué par ses vertus et par sa piété que par sa naissance et par les talents de son esprit, fut entraîné dans sa litière comme il passait le Gardon, petite rivière et profonde, et fut noyé par l’imprudence et par l’obstination de son muletier, en 1684. (Note de Perrin, 1764.)
  5. 17. Voyez la lettre du 10 octobre e1673, tome III, p. 235
  6. 18. L chemin le plus long et le plus sûr (Edition de 1737)
  7. 19. Dans le texte de 1737 « Melle de Coste  »
  8. 20. Voyez la lettre du 25 octobre 1679, tome VI, p. 66.