Page:Sade - La nouvelle Justine, ou les malheurs de la vertu, suivie de L'histoire de Juliette, sa soeur, tome 5, 1797.djvu/350

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Le saphotisme y règne également : cette passion est dans la nature comme l’autre, elle se forme au cœur de la jeune fille, dans l’âge le plus tendre, dans celui de la candeur et de l’innocence, lorsqu’elle n’a encore reçue aucune impression étrangère ; elle est donc l’organe de la nature ; elle est donc imprimée par sa main.

La bestialité fut universelle ; Xénophon nous apprend que pendant la retraite des Dix milles, les Grecs ne se servaient que de chèvres. Cette habitude est encore très-répandue dans toute l’Italie : le bouc est meilleur que sa femelle ; son anus plus étroit, est plus chaud ; et cet animal naturellement lubrique, s’agite de lui-même, dès qu’il s’apperçoit qu’on décharge : sois bien persuadée, Juliette, que je n’en parle que par expérience.

Le dindon est délicieux ; mais il faut lui couper le cou à l’instant de la crise ; le resserrement de son boyau vous comble alors de volupté[1].

  1. On en trouve dans plusieurs bordels de Paris ; la fille alors lui passe la tête entre les cuisses, vous avez son cul pour perspec-