Page:Sade - La nouvelle Justine, ou les malheurs de la vertu, suivie de L'histoire de Juliette, sa soeur, tome 5, 1797.djvu/351

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Les Sybarites enculaient des chiens : les Égyptiennes se prostituaient à des crocodiles ; les Américaines à des singes ; on en vint enfin aux statues. Tout le monde sait qu’un page de Louis XV fut trouvé déchargeant sur le derrière de la Vénus aux belles fesses. Un grec arrivant à Delphes, pour y consulter l’oracle, trouva dans le temple deux génies de marbre, et rendit pendant la nuit son libidineux hommage à celui des deux qu’il avait trouvé le plus beau. Son opération faite, il le couronna de laurier, pour récompense des plaisirs qu’il en avait reçus.

Les Siamois croient non-seulement le suicide permis, mais ils pensent même que de se tuer soi-même, est un sacrifice utile à l’ame, et que ce sacrifice lui vaut son bonheur dans l’autre monde.

Au Pégu, on tourne et retourne cinq jours de suite, sur des charbons ardens, la femme qui vient d’accoucher ; c’est ainsi qu’on la purifie.

    tive, et elle coupe le cou de l’animal, au moment de votre décharge ; nous verrons peut-être bientôt cette fantaisie en action.