Page:Saigey - Les Sciences au XVIIIe siècle.djvu/273

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



XVIII. Les vacances de l’Académie commenceront an huitième de Septembre, et finiront le onzième de Novembre, et elle vacquera, en outre, pendant la quinzaine de Pâques, la semaine de la Pentecôte et depuis Noël jusqu’aux Rois.

XIX. Les Académiciens seront assidus à tous les jours d’Assemblées ; et nul des Pensionnaires ne pourra s’absenter pins de deux mois pour ses affaires particulières, hors le tems des vacances, sans un congé exprès de Sa Majesté.

XX. L’expérience ayant fait connaître trop d’inconvéniens dans les Ouvrages ausquels toute l’Académie pourrait travailler en commun, chacun des Académiciens choisira plutôt quelque objet particulier de ses études, et par le compte qu’il en rendra dans les Assemblées, il tâchera d’enrichir de ses lumières tous ceux qui composent l’Académie, et de profiter de leurs remarques.

XXI. Au commencement de chaque année, chaque Académicien Pensionnaire sera obligé de déclarer par écrit à la Compagnie le principal Ouvrage auquel il se proposera de travailler ; et les autres Académiciens seront invitez à donner une déclaration de leurs desseins.

XXII. Quoique chaque Académicien soit obligé, de s’apliquer principalement à ce qui concerne la Science particulière à laquelle il s’est adonné, tous néanmoins seront exhortez à étendre leurs recherches sur tout ce qui peut être d’utile ou de curieux dans les diverses parties des Mathématiques, dans la différente conduite des Arts, et dans tout ce qui peut regarder quelque point de l’Histoire Naturelle, ou appartenir en quelque manière à la Physique.

XXIII. Dans chaque Assemblée il y aura au moins deux Aca-