Page:Saint-Amant - Œuvres complètes, Livet, 1855, volume 1.djvu/75

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Enchanté d’un morne silence,
Y dort, bien loing de tous soucis,
Dans les bras de la Nonchalence,
Laschement couché sur le dos
Dessus des gerbes de pavos.

Au creux de cette grotte fresche,
Où l’Amour se pourroit geler,
Echo ne cesse de brusler
Pour son amant froid et revesche,
Je m’y coule sans faire bruit,
Et par la celeste harmonie
D’un doux lut, aux charmes instruit,
Je flatte sa triste manie
Faisant repeter mes accords
À la voix qui luy sert de corps.

Tantost, sortant de ces ruines,
Je monte au haut de ce rocher,
Dont le sommet semble chercher
En quel lieu se font les bruïnes ;
Puis je descends tout à loisir,
Sous une falaise escarpée,
D’où je regarde avec plaisir
L’onde qui l’a presque sappée
Jusqu’au siege de Palemon,
Fait d’esponges et de limon.

Que c’est une chose agreable
D’estre sur le bord de la mer,
Quand elle vient à se calmer
Après quelque orage effroyable !
Et que les chevelus Tritons,
Hauts, sur les vagues secouées,
Frapent les airs d’estranges tons
Avec leurs trompes enrouées,
Dont l’eclat rend respectueux
Les vents les plus impetueux.