Page:Saint-Simon - Mémoires, Chéruel, Hachette, 1856, octavo, tome 6.djvu/152

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


coûte rien, nous n’irons point en manteau et en mante chez les princes du sang ; qu’importe de ne leur pas faire cette civilité ? » De l’un à l’autre elle s’introduisit. Les princes du sang la reçurent, et comme un devoir et comme une reconnoissance de l’obligation de les voir en manteau et en mante quand on y avoit vu le roi, puisque les voyant sans cet habillement on les avertissoit que le roi en avoit dispensé pour lui, comme il étoit vrai qu’en ce cas il le falloit faire dire aux fils et petits-fils de France. Ainsi peu à peu les princes du sang le prétendirent de tous les gens titrés, mais toutefois sans oser se fâcher lorsqu’ils y manquoient, comme il arrivoit souvent à plusieurs ducs et duchesses, et surtout aux princes étrangers et à ceux qui en ont le rang, toujours si attentifs à l’accroître avec qui ils peuvent, et à se conserver au moins à faute de mieux.

J’ai vu tout cela naître, et à la mort de mon père je me souviens qu’ayant vu le roi presque sur-le-champ et sans deuil, et Monsieur qui se trouva dans ce moment-là avec lui par le hasard que j’ai raconté, en parlant de la perte de mon père, je ne fis rien dire à personne, parce que la vue de Monsieur lui avoit tout dit pour lui et pour les siens, sinon à Mme la grande-duchesse et à Mme de Guise, filles de Gaston. À la mort de Mme, d’Armagnac, M. le Duc, en curée de l’usurpation du service seul de la communion du roi, crut le temps favorable pour emporter celle-ci ; l’intérêt de l’assimilation des bâtards du roi avec les princes du sang eut pour celle-ci le même ascendant qu’il avoit eu pour l’autre, quoiqu’il s’agît de M. le Grand. Le roi, après quelque répugnance, lui ordonna d’aller avec ses enfants en manteau chez les princes et les princesses du sang, et d’y faire aller ses filles en mante. M. le Grand résista, représenta, tout fut inutile, il en sauta le bâton par force ; et c’est l’époque de l’établissement de ce nouveau droit. Il a fait que presque tout le monde s’est fait dispenser depuis de voir le roi en manteau et en mante, mais en le faisant dire après aux