Page:Saint-Simon - Mémoires, Chéruel, Hachette, 1856, octavo, tome 6.djvu/204

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Haye. Le prince Eugène avoit refusé d’aller en Espagne, ce que l’archiduc ne lui pardonna jamais, et l’accusa toujours d’avoir empêché la cour de Vienne de le secourir autant et aussi à temps qu’il auroit fallu pour assurer ses succès. Staremberg alla commander, l’armée d’Espagne. J’ai voulu raconter de suite toute cette expédition manquée d’Écosse ; retournons maintenant un peu en arrière.


Mariage de Béthune et d’une sœur du duc d’Harcourt ; de Fervaques et de Mlle de Bellefonds ; de Gassion et d’une fille d’Armenonville ; de Monasterol et de la veuve de La Chétardie. — Le chancelier de Pontchartrain refuse un riche legs de Thevenin. — Mort et substitution du vieux marquis de Mailly. — Mort de la duchesse d’Uzès. — Retraite, caractère et traits de Brissac, major des gardes du corps. — Cardinal de Bouillon perd un procès devant le roi contre les réformés de Cluni. — Mariage et grandesse de M. de Nevers d’aujourd’hui. — Extraction et caractère de Jarzé, qui succède à Puysieux en Suisse. — Tentative d’un capitaine de vaisseau, qui avoit pris le nom et les armes de Rouvroy, d’être reconnu de ma maison. — Mme la duchesse de Bourgogne blessée. — Mot étrange du roi. — Anecdote oubliée sur l’abbé de Polignac, depuis cardinal. — Voyage de Chamillart vers l’électeur de Bavière en Flandres. — Mgr le duc de Bourgogne secrètement destiné à l’armée de Flandre, et le duc de Vendôme sous lui


Il se fit plusieurs mariages : Béthune, neveu de la reine de Pologne, qui n’a voit presque rien vaillant, plus touché de l’alliance que du bien, épousa une sœur du duc d’Harcourt, qui n’eut que quatre-vingt mille livres. C’est dommage que le bout du projet de ces Mémoires n’atteigne pas le temps de la mort du dernier prince de la maison