Page:Saint-Simon - Mémoires, Chéruel, Hachette, 1856, octavo, tome 6.djvu/211

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


envoyer, et on trouva peu de gens qui s’y offrissent. Il falloit la singularité de l’éducation de Puysieux avec le roi, celle de sa grand’mère, l’alliance de sa mère, pour en tirer avec tout son esprit tout le parti qu’il en tira. Faute de mieux, Jarzé fut nommé à la surprise de tout le monde. C’étoit un gentilhomme d’Anjou fort riche et fort avare, avec de l’esprit, de la lecture et quelques amis, mais fort peu répandu, et tout appliqué à ses affaires et à amasser quoique sans enfants. Il avoit perdu un bras il y avoit plus de trente ans à la guerre, et n’avoit pas servi depuis, ni presque vu la cour. Apparemment qu’il s’ennuya, et qu’il voulut enfin tenter quelque fortune. Il n’étoit connu que par son père, qui est ce Jarzé qui, par l’aventure des capitaines des gardes aux Feuillants ; fut un moment capitaine des gardes du corps à la place du vieux Charost, à qui la charge fut rendue tôt après. Cette aventure entre autres est très bien détaillée dans les Mémoires de Mme de Motteville, et celle encore des folles amours du même Jarzé pour la reine mère, qui le chassa [1], et dont il perdit sa fortune.

La promotion des deux lieutenants généraux des armées navales en fit faire une autre en descendant quelque temps après, dont Rouvroy ne fut pas content. C’étoit un capitaine de vaisseau bon officier et brave homme, qui seroit vice-amiral il y a longtemps, si son humeur incompatible, ses folles hauteurs, et son audace à piller partout ne l’avoient fait honnêtement chasser près de toucher au but. Je dis honnêtement, mais toutefois, malgré ses plaintes et ses cris, sans aucune récompense. C’étoit un homme dont le père ou le grand-père obscur avoit apparemment trouvé le nom et les armes de Rouvroy meilleures à prendre dans le choix qu’il s’en proposoit, puisqu’il les prit sans en être. Le peu qu’ils étoient le fit longtemps ignorer. Ce Rouvroy-ci avoit deux sœurs. La beauté de l’une a fait longtemps du

  1. Voy. les notes à la fin du volume.