Page:Saint-Simon - Mémoires, Chéruel, Hachette, 1856, octavo, tome 6.djvu/280

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Cardinal de Bouillon à Rouen et à la Ferté. — Sa vanité et ses misères. — Baluze publie son Histoire de la maison d’Auvergne, fondée surtout sur le faux cartulaire de Brioude, dont le fabricateur se tue dans la Bastille. — Départ des princes pour l’armée de Flandre. — Duc de Bourgogne à Cambrai. — Conduite du roi d’Angleterre, incognito à l’armée de Flandre. — Villars à la cour ; son dépit et sa morale. — Hanovre, général des Impériaux sur le Rhin. — Orage sur la Moselle. — Armée de Flandre de Mgr le duc de Bourgogne. — Duc d’Enghien nommé à seize ans chevalier de l’ordre. — Voyage de Fontainebleau par Petit-Bourg. — État désespéré de Mme de Pontchartrain ; son mari résolu à la retraite. — Mort de Mme de Pontchartrain. — Folies et faussetés de son mari.


Le cardinal de Bouillon, outré de succomber dans toutes les entreprises qu’il avoit tentées pour se soumettre la congrégation réformée de Cluni, et des insultes qu’il en recevoit en personne, ne put durer davantage à Cluni, à Paray, ni dans ces environs. Il obtint permission d’aller passer quelque temps à Rouen, où son abbaye de Saint-Ouen lui donnoit des affaires, mais ce fut à condition de prendre sa route de telle sorte qu’il n’approchât de nulle part plus près de trente lieues de Paris et de la cour. Il demanda la passade à plusieurs personnes dont les maisons étoient plus commodes que les méchants cabarets d’une route de traverse. Il eut le dépit d’être refusé de la plupart, entre autres de La Vrillière, qui ne crut pas de la politique d’héberger un exilé qui avoit déplu au roi avec tant d’éclat et d’opiniâtreté. Il me lit demander par l’abbé d’Auvergne d’être reçu à la Ferté. Je ne crus pas devoir être si scrupuleux.