Page:Saint-Simon - Mémoires, Chéruel, Hachette, 1856, octavo, tome 6.djvu/295

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


qui j’étois fort bien, n’avoient de confiance qu’au P. de La Tour et en moi, et Pontchartrain, qui vouloit toujours parler de sa retraite qui n’étoit sue là que de nous, laissoit toute la compagnie pour être sans cesse avec nous. Cela me força à demeurer pour arrêter toujours cette résolution, jusqu’à ce que, Bignon, prêt à partir pour Fontainebleau, cette résolution lui fût confiée pour la déclarer au chancelier, mais sans porter de démission. Alors voyant l’affaire entre les mains du chancelier, je m’en revins à Paris auprès de Mme de Saint-Simon, et le P. de La Tour retourna à ses affaires. Ce ne fut pas pour longtemps. Le chancelier, outré de plus d’une douleur, et de colère contre son fils, sut le rapport de Bignon, m’écrivit la lettre du monde la plus touchante pour me conjurer de n’abandonner pas ce fou dans ses transports, et pour me témoigner qu’il n’avoit de ressource qu’au P. de La Tour et en moi, ni de repos qu’il ne me sût à Pontchartrain. Je différai pourtant d’y retourner.

Phélypeaux cependant, frère du chancelier, arrivant de Bourbon, avoit été à Pontchartrain, où son neveu lui avoit parlé comme à Bignon, et l’avoit aussi chargé de déterminer son père, qui lui avoit écrit très fortement et plusieurs fois, à le laisser faire. Phélypeaux, tout apoplectique qu’il étoit revenu des eaux, ne put rien gagner sur son neveu. Il se traîna à Fontainebleau où il acheva d’effaroucher son frère par tous les détails qu’il lui rapporta, et de l’outrer contre son fils. Il m’écrivit par son frère une lettre si forte et si pressante pour retourner à Pontchartrain, que je ne pus m’en défendre, mais en même temps si précise d’en chasser les belles-soeurs et toute la compagnie, que je crus qu’elle excédoit. Le fait étoit que, encore que le chancelier travaillât avec le roi en la place de son fils, les affaires périssoient faute de signatures et de manutention ordinaire ; que le roi, qui est l’homme du monde à qui les afflictions alloient le moins, commençoit à s’en lasser jusqu’à le trouver mauvais ; que la cour en parloit fort et blâmoit en ridicule ;