Page:Saint-Simon - Mémoires, Chéruel, Hachette, 1856, octavo, tome 6.djvu/305

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


On fit raison de la santé, sans toutefois répéter lés mots, et le scandale fut étrange.

Une demi-heure après au plus, Mme des Ursins en fut avertie [1]. Elle sentit bien qu’elle étoit le lieutenant et Mme de Maintenon le capitaine ; et, si on se souvient de ce que j’ai raconté là-dessus (t. V, p. 9 et suiv.), on verra que cela ne pouvoit s’entendre autrement. La voilà transportée de colère-, qui mande le fait en propres termes à Mme de Maintenon, laquelle, de son côté, entra en furie. Inde irae. Jamais elles ne l’ont pardonné à M. le duc d’Orléans, et nous verrons combien peu il s’en est fallu qu’elles ne l’aient fait périr. Jusqu’alors Mme de Maintenon n’avoit ni aimé ni haï M. le duc d’Orléans, et Mme des Ursins n’avoit rien oublié pour lui plaire. Ce fut aussi ce qui la piqua le plus, de voir qu’avec ses soins les manquements pour le service l’avoient porté à une plaisanterie si cruelle, et qui, en un seul mot, révéloit toute sa politique avec un ridicule qui ne se pouvoit effacer. De ce moment elles jurèrent la perte de ce prince. Il se peut dire qu’il la frisa de bien près ; mais, échappé de ce péril, il ne cessa d’éprouver, tout le reste de la vie du roi, et jusque dans sa mort, combien Mme de Maintenon lui fut une implacable et cruelle ennemie, par toutes les sortes de persécutions qu’elle lui suscita. Ce fut encore merveilles comment il n’y succomba pas ; mais ce n’en fut pas une moindre que l’étrange et triste état où elle sut, réduire un prince de son rang, état qui a même influé sur le reste de sa vie. Il ne tarda pas à s’apercevoir du changement de Mme des Ursins à son égard, qui n’accommoda pas les affaires qu’elle eût voulu depuis voir périr entre ses mains. Il est des choses qui ne se peuvent raccommoder, et il faut convenir que ce terrible mot étoit supérieurement de ce genre. Aussi M. le duc d’Orléans n’y songea-t-il pas, et alla toujours son chemin à l’ordinaire. Je ne sais même s’il a pu

  1. Voy. notes à la fin du volume.