Page:Saint-Simon - Mémoires, Chéruel, Hachette, 1856, octavo, tome 6.djvu/306

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


s’en repentir, quelque lieu qu’il en ait eu toute sa vie, tant il le trouvoit plaisant ; et il m’a depuis impatienté plus d’une fois en m’en parlant, riant de tout son cœur. J’en sentois tout le poids et toutes les cruelles suites ; et toutefois ce qui m’en piquoit le plus, tout en le lui reprochant, je ne pouvois m’empêcher d’en rire aussi, tant ce grand et funeste ridicule de gouvernement deçà et delà les Pyrénées étoit en deux mots clairement assené et plaisamment exprimé.

À la fin M. le duc d’Orléans trouva moyen d’entrer en campagne, mais sans voir jamais pour plus de quinze jours à la fois, et non pas même toujours, de subsistances assurées. Il prit au commencement de juin le camp de Ginestar, d’où il envoya Gaëtano, lieutenant général, avec trois mille hommes de pied et huit cents chevaux, enlever à Falcete, à cinq lieues de Ginestar, douze cents hommes de pied, quatre cents chevaux et mille miquelets. Ils furent surpris et se voulurent sauver dans les montagnes, mais ils furent suivis de si près, que leur cavalerie s’enfuit à toutes jambes, qu’on leur tua près de cinq cents hommes, et qu’on prit, outre cinq cents hommes prisonniers, beaucoup d’officiers, tous leurs bagages et toutes leurs munitions. Don Joseph Vallejo, détaché du même camp sur le chemin de Tortose à Tarragone, défit la garde de tous les bestiaux du pays amassés en un lieu, battit les miquelets qui s’opposèrent à sa retraite, et ramena mille bœufs et six mille moutons que M. le duc d’Orléans fit distribuer à ses troupes. Il fit enlever encore d’autres petits postes dont on lui amena beaucoup de prisonniers. Il en fit aussi beaucoup auprès de Tortose, enleva cinq barques qui y portoient des farines et des chairs salées, et l’investit le 12 juin.

Il avoit établi deux ponts sur l’Èbre, l’un au-dessus, l’autre au-dessous de la place. Sa garnison étoit de neuf bataillons, deux escadrons et deux mille miquelets. La tranchée fut ouverte la nuit du 21 au 22 à demi-portée de mousquet.