Page:Saint-Simon - Mémoires, Chéruel, Hachette, 1856, octavo, tome 6.djvu/342

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


un point essentiel, et, a rassuré les esprits et redonné la confiance aux troupes, a donné lieu aux officiers de se reconnoître et de connoître leur terrain, et enfin a mis les ennemis dans l’inaction, et vous pouvez être sûr que, s’ils veulent faire un siège, il faut qu’ils fassent celui d’Ypres ou de Lille, de Mons ou de Tournai.

La transition est admirable. M. de Vendôme fut obligé de faire une grande partie du temps l’arrière-garde avec ses aides de camp. Mais qui fait donc une arrière-garde en se retirant de devant les ennemis, si ce n’est celui qui est chargé de l’armée ? Mais où la fit-il M. de Vendôme ? que rassembla-t-il pour la faire ? où parut-il ? quels ordres y donna-t-il ? S’il n’eut que ses aides de camp avec lui, qu’étoient devenues les troupes ? Et pourquoi Albéroni omet-il de marquer quelles furent celles que son héros honora de sa présence en cette occasion ? Voilà peut-être la première retraite où il n’ait été mention nulle part du général, mais celle-ci tint du reste de la journée. Chacun fit la sienne à part comme il put et voulut, et il ne se peut une démonstration plus claire de cette vérité, outre le témoignage de toute l’armée, que l’oubli des cent escadrons à la tête desquels le chevalier du Rosel se trouva le lendemain en sa même place, sans avoir reçu ni ordre ni avis de qui que ce fût, abandonné de toute l’armée retirée pendant la nuit. Oublier cent escadrons, les laisser seuls à la merci de l’armée victorieuse, il est bien difficile de trouver une preuve plus évidente qu’un général a perdu absolument la tête, et qu’il n’est occupé que de la retraite de sa personne, qu’il fait seul avec ses aides de camp dans un oubli parfoit de toutes ses troupes, et dans l’incurie entière de ce que son armée devient. C’est un fait qui ne se peut ni contester ni pallier, et qui prouve démonstrativement tout ce que je viens de dire ; aussi n’a-t-il été ni contesté ni pallié. M. de Vendôme, avec son audace accoutumée, n’a pas fait le moindre semblant de le savoir, ses défenseurs l’ont passé