Page:Saint-Simon - Mémoires, Chéruel, Hachette, 1856, octavo, tome 6.djvu/362

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


de courts et de rares voyages, et il n’y en faisoit aucun sans que Mme de Maintenon l’entretînt chez elle, à la ville, avec le plus grand mystère. Elle avoit toujours conservé du goût et de l’estime pour lui, et elle étoit épouvantée sur la Flandre, jusqu’à se prendre à tout. Elle lui demanda des mémoires sur cette guerre, qu’il lui faisoit donner par Desmarets, son ami de tout temps. Le maréchal, qui n’ignoroit pas où Vendôme et Chamillart en étoient avec elle, tomboit rudement sur tous les deux ; ainsi Harcourt et lui confirmoient, sans le savoir, ce qu’ils faisoient l’un et l’autre. Il fit beaucoup de mal à Chamillart et plut plus qu’Harcourt, parce qu’il ne garda aucune mesure sur le duc de Vendôme. Ce commerce secret se soutint pendant toute la campagne de Flandre, et flatta Villeroy des plus agréables espérances, quoiqu’il n’aperçût aucun changement favorable dans le roi. Il avoit encore pour lui Mme la duchesse de Bourgogne, liés par la haine commune des deux hommes qui leur étoient odieux. Il étoit appuyé de sa belle-fille intimement, comme je le dirai bientôt, avec Mme la duchesse de Bourgogne, et il étoit instruit de tout par son fils, qui servoit alors de capitaine des cardes. Ainsi, ce maréchal, si profondément abîmé, commençoit à voir de loin la clarté du jour, et ne renonçoit pas aux plus grands retours de la fortune.

D’Antin n’étoit pas celui qui formoit les moins hautes pensées. Ancré par les facilités que lui donnoit sa charge, il ne bougeoit de l’intérieur des cabinets, et hors les heures du lever et du coucher du roi, ses premiers valets de chambre n’étoient pas plus privilégiés, ni guère plus assidus que lui. Dans ces temps si particuliers, le roi, souvent pressé par le silence qu’il s’imposoit ailleurs, se soulageoit par quelques mots sur les nouvelles que d’Antin saisissoit, et comme très bon homme de guerre qu’il étoit, dans l’éloignement de ses périls, il n’avoit pas de peine à briller parmi les valets ni même avec les deux bâtards, à s’emparer de la conversation et à la prolonger, d’autant que le roi, souvent inquiet,