Page:Saint-Simon - Mémoires, Chéruel, Hachette, 1856, octavo, tome 6.djvu/382

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


apporté cent mille écus du sien qu’il avoit empruntés, répondit pour le roi de tout ce qu’il prit ou emprunta en Flandre, ce qui alla à plus d’un million, et enrégimenta quatre mille fuyards d’Audenarde, qu’il trouva encore relaissés dans la ville et dans les environs. L’armée du roi étoit toujours à Lawendeghem, tranquille derrière le canal de Bruges. M. de Vendôme s’y moquoit de l’opinion du siège de Lille, comme d’une imagination folle et ridicule, et sa cabale faisoit l’écho à Paris et à la cour qui en furent les dupes. On auroit pu dans l’intervalle jeter bien des choses très nécessaires qui manquoient dans Lille, si on l’avoit voulu croire l’objet des ennemis. M. de Vendôme avoit eu l’imprudence ou la malice de déclarer tout haut que Mgr le duc de Bourgogne avoit ordre de secourir à quelque prix que ce fût la place que les, ennemis assiégeroient, mais que, pour Lille, il la prenoit sous sa protection, et répondroit bien que les ennemis ne se hasarderoient pas à une entreprise d’un si grand engagement dans notre pays. Lille étoit investi le 12 août, à ce que le roi apprit le 14 par plusieurs courriers de Flandre ; que le même jour il en arriva un de l’armée, d’où on mandoit qu’on croyoit les ennemis déterminés à faire le siège de Tournai, et que là-dessus l’armée alloit marcher. On en voulut douter encore quelques jours ; à la fin les visages allongèrent, mais la flatterie prit d’autres langages. Les uns ne craignirent point de dire d’un ton indifférent qu’on s’étoit passé de Lille si longtemps qu’on s’en passeroit bien encore. Vaudemont et la cabale le prirent d’un autre ton. Ils répondirent qu’une entreprise si folle étoit le plus grand bonheur qui pût arriver, et qu’il falloit que les prospérités eussent aveuglé les ennemis, pour s’être engagés si avant dans notre pays pour y échouer devant une place de cette importance, et avec une armée moins nombreuse que la nôtre. Ces misérables contes ne déplurent pas au roi, mais infiniment à lime la duchesse de Bourgogne, qui le fit sentir à quelques dames qui osèrent les lui tenir.