Page:Saint-Simon - Mémoires, Chéruel, Hachette, 1856, octavo, tome 6.djvu/4

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Mot étrangement marqué échappé à M. le Grand, dans la colère, au jeu. — M. et Mme du Maine ; leur caractère et leur conduite. — Comte de Toulouse ; son caractère. — Succession femelle aux duchés de Lorraine et de Bar. — État, famille, figure, santé, fortune et caractère de Vaudémont ; ses prétentions et ses artifices. — Trahison de Colmenero. — Deux cent quatre-vingt mille livres de pension de France et d’Espagne à M. et à Mme de Vaudémont en arrivant. — Soixante mille livres de pension de l’empereur à la duchesse de Mantoue, qui se retire en Suisse, puis dans un couvent à Pont-à-Mousson. — État de la seigneurie de Commercy. — Vaudémont obstinément refusé de l’ordre du Saint-Esprit. — Cause de ce refus. — Mme de Vaudémont à Marly, et comment. — Ses prétentions ; son embarras ; son mécontentement ; son caractère. — Sa prompte éclipse. — Artifices et adroites entreprises de Vaudémont déconcertées ; sa conduite ; ses ressources. — Raison de s’être entendu sur ces tentatives. — Souplesse de Vaudémont. — Commercy en souveraineté et Vic au prince de Vaudémont, réversible au duc de Lorraine. — M. de Lorraine donne au prince de Vaudémont la préséance, après ses enfants, au-dessus de toute la maison de Lorraine. — L’un et l’autre demeure inutile en France à Vaudémont. — Vaudémont abandonne enfin ses chimères, qui demeure brouillé