Page:Saint-Simon - Mémoires, Chéruel, Hachette, 1856, octavo, tome 6.djvu/441

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


grande du refus absolu qu’il fit de le recevoir, malgré l’union si étroite des deux nations, et si conjointement alliées dans la guerre contre la France. Le Hollandois, ne sachant que devenir, espéra trouver plus de générosité dans l’ennemi que dans l’allié. Il s’adressa à Fériol, qui le reçut chez lui et prit sa protection, en quoi il mérita louange et approbation, mais avec une hauteur sur les plaintes du grand vizir qu’il auroit dû éviter, et qui lui attira beaucoup de dégoûts dont il se tira avec la même hauteur. Il arriva en ce temps-ci un aga pour s’en plaindre de la part de la Porte. Le fait et le contraste m’ont paru d’une singularité à mériter de n’être pas oubliés.

Je devois avoir parlé de la mort du comte de Fiesque avant celle du maréchal de Noailles, qui la suivit de peu de jours. Ce comte étoit d’une branche aînée de cette illustre maison, qui a donné des papes, des souveraines, et une foule de cardinaux, de prélats et de personnes considérables, l’une des quatre premières de Gênes. Après le malheur de celui qui périt en tombant dans la mer, au moment de sa conjuration si secrètement concertée pour le faire souverain de sa république, toute sa maison fut proscrite. Une branche aînée vint s’établir en France, dont celui-ci fut le dernier. Scipion, comte de Fiesque, son bisaïeul, fut chevalier d’honneur d’Élisabeth d’Autriche, femme de Charles IX, et de Louise de Lorraine, épouse d’Henri III, qui le fit chevalier du Saint-Esprit le dernier jour de 1578. Il n’abandonna point la reine Louise dans sa retraite, et mourut à soixante-dix ans à Moulins, en 1598. Alphonsine Strozzi, sa femme, fut dame d’honneur de la reine. Leur fils unique fut tué jeune au siège de Montauban, à la tête de son régiment. Sa veuve, qui étoit Le Veneur, fille et petite-fille des cieux comtes de Tillières, chevaliers du Saint-Esprit, fut dame d’atours de la seconde femme de Gaston, et gouvernante de Mademoiselle. Elle eut une fille, mère de Bréauté, dont je parlerai tout à l’heure, et trois fils. L’un demeura abbé, un autre