Page:Sallust - Traduction de Jean Baudoin, 1616.djvu/16

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Anciennement doncques les Roys (car ce fut le premier tiltre de ceux qui commanderent au monde) comme differents d’opinion, ſe plaiſoient à viure diuerſemẽt. Les vns s’addonnoient aux exercices de l’eſprit, & les autres à ceux du corps. La conuoitiſe n’auoit encore troublé la vie des hommes, & chacun ſe contentoit du ſien.

Mais depuis que [1] enſemble [2] les Lacedemoniens & les Atheniens commencerent à ſubjuguer les villes & les nations en [3] Aſie, & en [4] Grece : Depuis que la ſeule conuoitiſe de commander les eſmeuſt à faire la guerre, & qu’ils n’eſtimerent point de plus grande gloire que celle des plus grandes conqueſtes, l’experience & les affaires firent veoir alors, [5] que l’eſprit pouuoit beaucoup à la guerre.

Qve ſi les Roys & les Chefs eſtoient auſſi modeſtes durant la guerre qu’en temps de paix, les affaires du monde en iroient beaucoup mieux, & ſeroient de plus longue duree : L’on ne verroit ny tant de remuëments, ny toutes choſes ſe brouïller peſle-meſle comme elles font. Car vn eſtat ſe conſerue facilement par les meſmes moyens qu’on ſe l’eſt acquis du commencement. Mais depuis que la pareſſe occupe la place du trauail ; & la conuoitiſe joincte à l’orgueil, celle de la continence & de l’equité ; alors la [6] fortune & les mœurs ſe changent enſemble. Ainſi la Souueraineté ſe tranſporte touſiours du moins vertueux, à tout autre qui l’eſt d’auantage.

[7] Soit que les hommes labourent, ſoit qu’ils nauigent, ou qu’il baſtiſſent, toutes choſes obeyſſant à la vertu. Mais pluſieurs des mortels qui n’ayment que l’yurongnerie & le lict, & qui ne ſçauent ny bien ny honneur, ont paſſé leur vie comme pellerins incognus. Le corps (ce qui eſt contre nature) a eſté tout leur plaiſir, & l’ame toute leur faſcherie. De ceux-cy ie

  1. Le Roy Cyrus.] Ce fut le premier Roy des Perſes, lequel ayant vaincu Aſtiages dernier Roy des Medes, de ces deux Royaumes, à ſçauoir de la Perſe, & de la Mede, n’en fit qu’vn ſeul. Il ſubjugua encore l’Aſie, & ſousmit à ſon Empire tout l’Orient : Bref il fit la guerre aux Scythes, & ſur desfait par leur Royne Tomyris, laquelle ayant mis ſa teſte dans vne peau pleine de ſang humain ; Saoule toy, loy dit-elle, de ſang, puis que tu en as touſiours eſté ſi alteré. Il regna trente trois ans aſſez heureuſement, comme le rapportent [Lib. 1.] Herodote, & [Lib. 1.] Iuſtin.
  2. Les Lacedemoniens.] Leſquels (ſi nous croyons à ce qu’en dict [Lib. 1.] Denis d’Halicarnaſſe, tenans le Peloponeſe, & tout le reſte de la Grece, eſtendirent les bornes de leur Empire iuſques en Macedoine : Mais ils n’en jouïrent que trente ans, & furent depuis repoulſez par les Thebains.
  3. Cyrus.
  4. Les Lacedemoniens, & les Atheniens.
  5. Que l’eſprit pouuoit beaucoup à la guerre.] Le grand Homere nous apprend ceſte maxime, lors qu’il introduit Agamemnon Capitaine Grec, diſant, que s’il auoit dix Neſtors pluſtoſt que dix Ayax, il ne mettoit point endoure que Troye ne fut bien-toſt priſe.
  6. C’eſt à dire, la dignité, qui eſt vndon de fortune.
  7. Soit que les hommes labourent, &c.] C’eſt à dire que les champs, les mers, les villes, & toutes autres choſes qui ſont contenuës dans le monde obeïſſent à la vertu : Voylà pourquoy Ciceron appelle les vertus Maiſtreſſes de tout ce que nous poſſedons.