Page:Samain - Œuvres, t1, 1921.djvu/94

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


80 AU JARDIN DE i/lNFANTE

Les madrigaux parmi les robes essaimées
Offrent, la lèvre en cœur, leurs fadeurs sublimées;
Et, sur le glacis d’or des parquets transparents,

Les caillettes Régence, exquisement vieillotes,
Détaillent la langueur savante des gavottes
Au rythme parfumé des éventails mourants.