Page:Sand – Le Lis du Japon, 1866.pdf/12

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



MARCEL.

Puisqu’il va venir !


JULIEN.

N’importe ! je veux…


MARCEL.

Quoi donc ?


JULIEN.

Tu verras !


MARCEL.

Mais le lis, le dessin… ?


JULIEN.

Oui, oui, je reviens à l’instant. (Il sort.)



Scène II.



MARCEL, seul.

Ah ! c’est de la frénésie ! quelle tête ! et ce que c’est que les artistes ! Ai-je bien fait d’étudier la chicane ! je serais peut-être devenu comme ça, moi ! Mais, voyons, je vais trouver la marquise, je lui dirai… Oui, oui, j’y suis… (La marquise paraît.) Et, en même temps, je pourrai bien tâter le terrain.



Scène III.

MARCEL, LA MARQUISE, un Laquais.



LA MARQUISE.

Ah ! vous êtes là, monsieur Marcel ?


MARCEL.

Comme chez moi, c’est-à-dire, non, chez vous. Entrez, madame la marquise !