Page:Sand – Le Lis du Japon, 1866.pdf/7

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



JULIEN.

Ah ! qu’elle est belle et qu’elle sent bon ! je n’en ai jamais vu de pareille. C’est un présent que tu me fais ?


MARCEL.

Oh ! des présents comme ça, je t’en souhaite ! ça vaut peut-être un millier d’écus !


JULIEN.

Ah ! bah ! c’est donc à notre oncle ?


MARCEL.

À qui veux-tu que ce soit ? C’est un lis d’Afrique, ou…


JULIEN.

Ou d’Asie ?


MARCEL.

Ou d’Amérique, je ne sais plus ; et ça s’appelle… Attends donc !… Ah ! ma foi, je ne sais plus. Ça m’est bien égal, tu penses ; mais ce que je sais, c’est qu’il me l’a confié avec des recommandations comme s’il s’agissait d’un enfant à mettre en nourrice.


JULIEN.

Et où portes-tu ça ?


MARCEL.

Je l’apporte chez toi, et je te le confie à ton tour. Il s’agit de faire le portrait de ce précieux végétal pendant qu’il est dans sa beauté, et notre oncle te donne pour ça…


JULIEN.

Combien ?


MARCEL.

Deux heures.


JULIEN.

Deux heures de sa tendresse ?


MARCEL.

Non, deux heures de ton travail. N’importe ! dépêche-toi, Julien, mets-toi à la besogne.