Page:Sand - Œuvres illustrées de George Sand, vol 1, 1852.djvu/194

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
44
VALENTINE.

Dans l’après-midi, lorsque la moitié dansante de la noce eut suffisamment fêté les veaux gras et les pâtés de gibier de la ferme, on laissa l’arène gastronomique aux vieillards, et l’on se rassembla sur la pelouse pour commencer le bal ; mais la chaleur était extrême ; il y avait peu d’ombrage en cet endroit, et autour de la ferme il n’y avait pas de place très-commode pour danser. Quelqu’un insinua qu’il y avait auprès du château une immense salle de verdure fort bien nivelée, où cinq cents personnes dansaient en cet instant. Le campagnard aime la foule tout comme le dandy ; pour s’amuser beaucoup, il lui faut beaucoup de monde, des pieds qui écrasent ses pieds, des coudes qui le coudoient, des poumons qui absorbent l’air qu’il respire ; dans tous les pays du monde, dans tous les rangs de la société, c’est là le plaisir.

Madame Lhéry accueillit cette idée avec empressement ; elle avait mis assez d’argent à la toilette de sa fille pour désirer qu’on la vît en regard de celle de mademoiselle de Raimbault, et qu’on parlât dans tout le pays de sa magnificence. Elle s’était scrupuleusement informée du choix des parures de Valentine. Pour une fête aussi champêtre, on n’avait destiné à celle-ci que des ornements simples et de bon goût ; madame Lhéry avait écrasé sa fille de dentelles et de pierreries, et, jalouse de la produire dans tout son éclat, elle proposa d’aller se réunir à la noce du château, où elle avait été priée, elle et tous les siens. Athénaïs résista bien un peu ; elle craignait de rencontrer autour de Valentine cette pâle et sombre figure de Bénédict qui lui avait fait tant de mal, le dimanche précédent, à l’église. Mais l’obstination de sa mère, le désir de son mari, qui n’était pas non plus exempt de vanité, peut-être aussi un peu de cette même vanité pour son propre compte, la déterminèrent. On attela les carrioles, chaque cavalier prit en croupe sa cousine, sa sœur ou sa fiancée. Athénaïs vit en soupirant s’installer, les rênes en main, dans la patache, son nouvel époux, à cette place que Bénédict avait si longtemps occupée et qu’il n’occuperait plus.


TROISIÈME PARTIE.

XXI.

La danse était fort animée au parc de Raimbault. Les paysans, pour lesquels on avait dressé des ramées, chantaient, buvaient, et proclamaient le nouveau couple le plus beau, le plus heureux et le plus honorable de la contrée. La comtesse, qui n’était rien moins que populaire, avait ordonné cette fête avec beaucoup de prodigalité, afin de se débarrasser en un jour de tous les frais d’amabilité qu’une autre eut faits dans le cours de sa vie. Elle avait un profond mépris pour la canaille, et prétendait que, pourvu qu’on la fît boire et manger, on pouvait ensuite lui marcher sur le ventre sans qu’elle se révoltât. Et ce qu’il y a de plus triste en ceci, c’est que madame de Raimbault n’avait pas tout à fait tort.

La marquise de Raimbault était charmée de cette occasion de renouveler sa popularité. Elle n’était pas fort sensible aux misères du pauvre, mais à cet égard on ne la trouvait pas plus insouciante qu’au malheur de ses amis ; et, grâce à son penchant pour le commérage et la familiarité, on lui avait accordé cette réputation de bonté que le pauvre donne si gratuitement, hélas ! à ceux qui, ne lui faisant pas de bien, ne lui font du moins pas de mal. En voyant passer alternativement ces deux femmes, les esprits forts du village se disaient tout bas sous la ramée :

« Celle-ci nous méprise, mais elle nous régale ; celle-là ne nous régale pas, mais elle nous parle. »

El ils étaient contents de toutes deux. La seule qui fût aimée réellement, c’était Valentine, parce qu’elle ne se contentait pas d’être amicale et de leur sourire, d’être libérale et de les secourir, elle était sensible à leurs maux, à leurs joies ; il sentaient qu’il n’y avait dans sa bonté aucun motif d’intérêt personnel, aucun calcul politique ; ils l’avaient vue pleurer sur leurs malheurs ; ils avaient trouvé dans son cœur des sympathies vraies. Ils la chérissaient plus qu’il n’est donné aux hommes grossiers de chérir les êtres qui leur sont supérieurs. Beaucoup d’entre eux savaient fort bien l’histoire de ses relations à la ferme avec sa sœur ; mais ils respectaient son secret si religieusement qu’à peine osaient-ils prononcer tout bas entre eux le nom de Louise.

Valentine passa autour de leurs tables et s’efforça de sourire à leurs vœux ; mais la gaieté s’évanouit après qu’elle eut passé, car on avait remarqué son air d’abattement et de maladie ; il y eut même des regards de malveillance pour M. de Lansac.

Athénaïs et sa noce tombèrent au milieu de cette fête, et les idées changèrent de cours. La recherche de sa parure et la bonne mine de son mari attirèrent tous les yeux. La danse qui languissait se ranima ; Valentine, après avoir embrassé sa jeune amie, se retira de nouveau avec sa nourrice. Madame de Raimbault, que tout ceci ennuyait beaucoup, alla se reposer ; M. de Lansac, qui, même le jour de ses noces, avait toujours d’importantes lettres à écrire, alla faire son courrier. La noce Lhéry resta maîtresse du terrain, et les gens qui étaient venus pour voir danser Valentine restèrent pour voir danser Athénaïs.

La nuit approchait. Athénaïs, fatiguée de la danse, s’était assise pour prendre des rafraîchissements. À la même table, le chevalier de Trigaud, son majordome Joseph, Simonneau, Moret, et plusieurs autres qui avaient fait danser la mariée, étaient réunis autour d’elle et l’accablaient de leurs prévenances. Athénaïs avait semblé si belle à la danse, sa parure brillante et folle lui allait si bien, elle avait recueilli tant d’éloges, son mari lui-même la regardait d’un œil noir si amoureux, qu’elle commençait à s’égayer et à se réconcilier avec la journée de ses noces. Le chevalier de Trigaud, raisonnablement gris, lui débitait des galanteries en style de Dorat, qui la faisaient à la fois rire et rougir. Peu à peu le groupe qui l’environnait, animé par quelques bouteilles d’un léger vin blanc du pays, par la danse, par les beaux yeux de la mariée, par l’occasion et l’usage, se mit à débiter ces propos graveleux qui commencent par être énigmatiques et qui finissent par devenir grossiers. C’est la coutume chez les pauvres, et même chez les riches de mauvais ton.

Athénaïs, qui se sentait jolie, qui se voyait admirée et qui ne comprenait rien à tout le reste, sinon qu’on enviait et qu’on félicitait son mari, s’efforçait de maintenir sur ses lèvres le sourire qui l’embellissait, et commençait même à répondre avec une assez friponne timidité aux brillantes œillades de Pierre Blutty, lorsqu’une personne silencieuse vint s’asseoir à la place vide qui était à sa gauche. Athénaïs, émue malgré elle par l’imperceptible frôlement de son habit, se retourna, étouffa un cri d’effroi et devint pâle ; c’était Bénédict.

C’était Bénédict, plus pâle qu’elle encore, mais grave, froid et ironique. Toute la journée il avait couru les bois comme un forcené ; le soir, désespéré de se calmer à force de fatigue, il avait résolu de voir la noce de Valentine, d’écouter les gravelures des paysans, d’entendre signaler le départ des époux pour la chambre nuptiale, et de se guérir à force de colère, de pitié et de dégoût.

« Si mon amour survit à tout cela, s’était-il dit, c’est qu’il n’y a pas de remède. »

Et, à tout hasard il avait chargé des pistolets de poche qu’il avait mis sur lui.

Il ne s’était pas attendu à trouver là cette autre noce et cette autre mariée. Depuis quelques instants il observait Athénaïs ; sa gaieté soulevait en lui un profond dédain, et il voulut se mettre au centre des dégoûts qu’il venait braver en s’asseyant auprès d’elle.

Bénédict, qui avait un caractère âpre et sceptique, un de ces esprits mécontents et frondeurs si incommodes aux ridicules et aux travers de la société, prétendait (c’était sans doute un de ses paradoxes) qu’il n’est point d’inconvenance plus monstrueuse, d’usage plus scandaleux que la publicité qu’on donne au mariage. Il n’avait jamais vu, sans la plaindre, passer au milieu de la cohue