Page:Sand - La Coupe, Lupo Liverani, Garnier, Le Contrebandier, La Rêverie à Paris, 1876.djvu/245

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

— Je bois, lui dit-elle, à la santé de notre parent et ami, le brave gouverneur d’Anvers !

On chercha Ramire ; on ne le retrouva pas. Après avoir rassuré sa maîtresse sur son sort, il s’était enfui du château, et il avait sagement agi, car le gouverneur de Berg-op-Zoom n’eût pas confié, cette fois, à autrui, le soin de sa vengeance. Le page prit du service sous les ordres de Gaston d’Orléans qui vint combattre pour l’Espagne contre le roi de France son frère. On assure que lorsque la paix générale fut conclue, en 1648, Ramire, parvenu à un rang important dans l’armée, rendit de grands services au vieux gouverneur d’Anvers, qui par politique ou par loyauté, avait refusé de seconder les desseins de Sneyders ; ce qu’il y a de certain, c’est que Sneyders avait péri durant la guerre, et que le page était guéri de son amour pour la belle Juana, après douze années de guerre et d’ambition. Cependant, je ne saurais assurer qu’en la retrouvant à la cour de l’Empereur, comme elle pouvait être encore jeune, belle et riche, ce qui n’a été