Page:Sand - Rose et Blanche ou la comédienne et la religieuse, Tome I, 1831.djvu/146

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
( 142 )

turelle, l’entretenaient du revenu de la coupe des bois et de l’avantage des regains. Alors il se rappela l’ennui rongeur qui s’était monstrueusement glissé dans son cœur d’enfant ; il avait souffert, sans savoir d’où venait son mal, toutes les misères de la richesse. Il avait envié la liberté du mendiant et le sarrau de toile du villageois. Une seule chose, qu’il se retraçait avec plaisir, était son bon précepteur, si éclairé, si simple et si dévoué. Celui-là lui avait fait aimer l’étude, l’avait préservé de la sottise et de la vanité, et lui avait appris à respecter, dans ses parens, les préjugés et les ridicules qu’il ne partageait pas.