Page:Sand - Rose et Blanche ou la comédienne et la religieuse, Tome III, 1831.djvu/152

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


qu’elle n’avait dans le monde ni amis, ni famille. Rose trouvait bien dans ce raisonnement un peu d’égoïsme et de dureté ; il lui semblait que l’amitié de mademoiselle Cazalès, se bornant à quelques jours d’hospitalité et à des conseils de dévote, était loin de répondre à ce qu’Horace lui avait promis de la part de son excellente sœur. À cette réflexion pénible vint se mêler le sentiment des froideurs de l’homme qu’elle avait cru aimer passionnément. Rose n’avait pas espéré plus haut qu’à s’en faire un ami, un protecteur. Le moindre témoignage d’intérêt et de bienveillance l’eût consolée de sa