Page:Sand - Theatre complet 4.djvu/32

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



FRANÇOISE.

À la bonne heure, si tu t’imagines tout cela.


LE DOCTEUR.

Ah çà ! nous fais-tu déjeuner, ma fille ? Voilà M. de la Hyonnais qui… (À la Hyonnais, en souriant.) Vous sentez-vous un peu d’appétit, monsieur ?


LA HYONNAIS.

Mais oui… un peu !


FRANÇOISE.

Je crois que tout est prêt.


LE DOCTEUR.

Toi, tu as déjeuné, Françoise ; mais tu nous tiendras bien compagnie ?


FRANÇOISE.

Oui, certainement, je vous servirai, pourvu que Cléonice, n’arrive pas trop tôt !


HENRI.

Clé.… quoi ? qu’est-ce que ce nom-là ?


LE DOCTEUR.

C’est la petite Dubuisson.


FRANÇOISE.

Ce n’est pas sa faute si sa mère l’a baptisée comme ça ; elle est fort gentille.


MARIE-JEANNE, venant par la porte de droite.

Monsieur est servi.


LE DOCTEUR, à la Hyonnais.

Venez ! Ils sortent par la droite.


MARIE-JEANNE, à Françoise.

Et voilà la voiture aux Dubuisson qui s’arrête à la porte.

Elle suit le docteur.

HENRI, à Françoise.

Elle est affreuse, ta jeune personne, puisqu’elle nous prive de toi !


FRANÇOISE.

C’est sa première visite de l’année ; je ne peux me dispenser…