Page:Sand - Theatre complet 4.djvu/73

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



CLÉONICE.

Maman, vous me faites peur ; je ne crois plus aux beaux maris, depuis que vous avez eu l’idée de me faire épouser le duc !…


MADAME DUBUISSON.

Il n’est plus question de ça. Qu’est-ce que tu dirais du jeune comte de Trégenec ?


CLÉONICE.

Vous n’y songez pas, maman ! L’amoureux de Françoise !


MADAME DUBUISSON.

Il n’a jamais songé à elle.


CLÉONICE.

Vous êtes sûre de ça ? Au fait, Françoise s’en défend aussi. Mais pourquoi veut-il m’épouser, ce monsieur ? Il ne me connaît pas : nous nous sommes vus deux fois… il y a deux mois.


DUBUISSON.

Elle a raison, ils ne se connaissent pas.


MADAME DUBUISSON.

Si on se connaissait, on ne s’épouserait jamais.


CLÉONICE.

C’est peut-être vrai, mais ça n’est pas gai.


DUBUISSON.

Est-ce qu’il te déplaît, ce jeune homme ?


CLÉONICE.

Non ! mais,… si je lui déplais, moi ?


MADAME DUBUISSON.

Eh bien, qu’est-ce qui le force à te demander ?… Est-elle sotte !


CLÉONICE.

Ce qui le force ?… C’est peut-être bien ses créanciers.


DUBUISSON.

Dame ! elle ne se trompe guère !


MADAME DUBUISSON, bas, à son mari.

Monsieur Dubuisson, tais-toi !… (Haut.) Elle en tient toujours pour Jules, tu ne vois pas ça.