Page:Saussure - Cours de linguistique générale, éd. Bally et Sechehaye, 1971.djvu/74

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


général ; celui de fricative, sans rien dire sur le degré de fermeture, rappelle l’impression de frottement produite par le passage de l’air (lat. fricāre).

Dans cette classe on ne peut plus s’en tenir à trois types, comme dans la première catégorie. D’abord les labiales proprement dites (correspondant aux occlusives p et b), sont d’un emploi très rare ; nous en faisons abstraction ; elles sont ordinairement remplacées par les labio-dentales, produites par le rapprochement de la lèvre inférieure et des dents (f et v français) ; les dentales se divisent en plusieurs variétés, suivant la forme que prend l’extrémité de la langue dans le resserrement ; sans les détailler, nous désignerons par β, β′ et β″ les diverses formes de la pointe de la langue. Dans les sons qui intéressent le palais, l’oreille distingue généralement une articulation d’avant (palatales) et une articulation d’arrière (vélaires)[1].

labio-dent. dentales
f v þ đ s z š ž
α 1 d α 1 d β 1 d β 1 d β′ 1 d β′ 1 d β″ 1 d β″ 1 d
[] [] [] []
[] [] [] [] [] [] [] []
palatales guturales
χ′ y′ χ y
ɣ 1 f ɣ 1 f ɣ 1 i ɣ 1 i
[] []
[] [] []
þ = anglais th dans thing
đ = " th " then
s = français s " si
z = " s " rose
š = " ch " chant
ž = " g " génie
χ = allemand ch " ich
γ′ = all. Nord g " liegen
χ = allemand ch " Bach
γ = all. Nord g " Tage
  1. Fidèle à sa méthode de simplification, F. de Saussure n'a pas cru devoir faire la même distinction à propos de la classe A, malgré l'importance considérable des deux séries K1 et K2 en indo-européen. Il y a là une omission toute volontaire (Éd.).