Page:Say - Mélanges et correspondance d’économie politique.djvu/178

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


lument invariable, il fait du moins qu’elle ne varie qu’autant qu’un même poids de métal d’argent. Dans l’état des relations entre toutes les parties du monde civilisé, pour que la valeur d’une once d’argent varie dans un pays en particulier, il faut qu’elle varie partout ; les variations de hauteur s’effacent sur un si vaste niveau. Il faut des siècles pour qu’elles deviennent sensibles. C’est peut-être autant qu’il en faut a nos institutions humaines.

Venons à votre traduction, Monsieur ; elle m’a paru faite en conscience et avec un sincère désir de propager les connaissances économiques. J’aurais désiré que vous y eussiez joint le Discours préliminaire qui commence l’ouvrage et l’Épitome qui le termine. Je ne sais sur quel motif vous avez supposé qu’un préambule qui détermine l’objet de l’Économie politique, et qui répond aux objections qu’on oppose à ce genre de connaissances, qui montre les avantages que les hommes en retirent, et donne une histoire abrégée de ses progrès, fût sans intérêt pour les lecteurs d’un livre écrit sur cette matière. Les professeurs qui ont fait de ce livre le texte de leur enseignement en Italie, en Allemagne, en Pologne, en Russie, en Suède, en Hollande, n’ont point partagé cette opinion. Ceux de vos compatriotes même,