Page:Schoonbroodt - Une petite bourgeoise, 1916.djvu/58

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
56

Vous en ferez un bon papin que vous appliquerez bouillant sur la partie malade. Dans deux jours, ça ne paraîtra plus.

Madame Ramelin. — C’est ça, donnez-moi ce qu’il me faut.

Monsieur Brayant. — Vous ne voulez pas, sérieusement, que j’appelle Madame Brayant ?… (En confidence, avec un petit air canaille.) Elle se lave dans la cuisine par économie de chauffage…

Madame Ramelin. — Mieux vaut savoir économiser, Monsieur Brayant, que de faire comme notre pauvre ami Dumortier. En voilà un qui n’a jamais su ce que c’était que l’économie…

Monsieur Brayant (mystérieux, le pilon de porcelaine dressé comme le bâton du gardien de la paix). — Vous dites cela… Est-ce qu’il y aurait du neuf, par hasard ?

Madame Ramelin (à voix basse). — Il bat d’une aile…

Monsieur Brayant (même jeu). — Comment savez-vous ?

Madame Ramelin. — Il est venu tout à l’heure à la maison, emprunter mille francs à Monsieur Ramelin, sous le prétexte d’une traite à payer. Nous finissions de déjeuner…