Page:Schoonbroodt - Une petite bourgeoise, 1916.djvu/75

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
73


VII.

Où Mademoiselle Émerance s’émancipe
et ce qui s’ensuit.



Un an après.

Rue de la Cathédrale, Madame Dumortier, qui fait ses courses, rencontre Madame Ramelin. Il y a plus de six mois que les deux anciennes amies ne se sont vues, depuis le mariage précipité d’Émerance et d’Hector.


Madame Ramelin. — Tiens, Madame Dumortier ! Que je suis heureuse de vous rencontrer. Je vous croyais morte, ma parole d’honneur. Vous faites vos commissions ?

Madame Dumortier. — Mon pauvre mari a été gravement malade, le lendemain du départ de notre Jean pour Paris. Il est tombé dans quelque chose, le pauvre cher homme. Alors, il est difficile comme un malade qu’il est ; et comme il voulait une maquaie et qu’il n’y en a pas de fraîches dans nos environs, je suis venue en ville pour lui en acheter une. Il a de si drôles de goûts, da !

Madame Ramelin. — Votre fils fait-il toujours de la peinture ?