Page:Schopenhauer - Mémoires sur les sciences occultes.djvu/223

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
188
MÉMOIRES SUR LES SCIENCES OCCULTES

de même nom du patient : le magnétiseur agit alors, conformément à la loi générale de polarité, sur le pôle de même nom, que représente le patient, d’une manière répulsive : ce qui fait que la force nerveuse se trouve refoulée sur l’autre pôle du système nerveux, le pôle intérieur, le système ganglionnaire intestinal. C’est pour cela que ce sont les hommes, — chez qui prédomine le pôle cérébral, — qui peuvent le mieux magnétiser ; au contraire les femmes, chez qui prédomine le système ganglionnaire, sont les plus propres à être magnétisées et à tout ce qui s’ensuit. S’il était possible que le système ganglionnaire féminin pût agir de la même façon sur le système ganglionnaire masculin, donc aussi d’une manière répulsive, il devrait se produire, par un procédé inverse, chez l’homme, une vie cérébrale d’une intensité extraordinaire, une manifestation passagère de génie. Cela n’est pas faisable parce que le système ganglionnaire n’est pas capable d’agir au dehors. Au contraire, on pourrait fort bien considérer le fameux baquet comme une magnétisation attractive résultant de l’action des pôles de nom opposé l’un sur l’autre, de sorte que les nerfs sympathiques de tous les patients, assis autour du baquet et reliés au baquet par des