Page:Schwob - La Lampe de Psyché, 1906.djvu/53

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Mime xv. Je consacre cet autel à la mémoire de Kinné. Ici, près des rochers noirs où tremble l’écume, nous avons erré tous les deux. La grève trouée le sait, et le bois de sorbiers, et les joncs des sables, et les têtes jaunes des pavots de la mer. Elle avait les mains pleines de coquilles dentelées et j’emplissais les conques frémissantes de ses oreilles avec des baisers. Elle riait des oiseaux à huppe qui se perchent sur les algues et hochent de la queue. Je voyais dans ses yeux la longue ligne de lumière blanche qui marque la frontière de la terre brune et de la mer bleue. Ses pieds se mouillaient jusqu’aux chevilles et les petites bêtes marines sautaient sur sa tunique de laine.

Nous aimions l’étoile brillante du soir et le