Page:Science et foi.djvu/10

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Rien n’est anéanti. Pas un atôme ne se perd. Les formes sont passagères et périssables, la matière est éternelle. Tous les corps célestes commencent et finissent ; l’univers n’a pas commencé, il ne finira pas.

Le père Gratry peut donc disposer de notre planète à sa convenance et lui tirer la bonne aventure, soit avec le grand jeu, soit avec la Bible ou les Pères de l’Église. Ce n’est pas moi qui contredirai ses horoscopes. Je me borne à conseiller la prudence. Les prophètes n’ont pas eu de chance jusqu’à présent. La terre s’est moquée d’eux et de leurs prédictions. En bon chrétien, le Révérend Père a naturellement la monomanie de la fin du monde. Dans cette religion-là, c’est une maladie chronique, incurable et passée dans la moelle des os, car elle est aussi vieille que le christianisme lui-même et date de l’annonce un peu hâtive du jugement dernier par le seigneur Jésus.

Cette erreur de calcul, si l’on veut, cette méprise du fils de l’homme a été l’origine des plus bizarres aventures. Tout d’abord, elle avait déchaîné une véritable épidémie de déménagement. On regardait chaque matin si le soleil, la lune et les étoiles n’étaient pas tombées pendant la nuit, comme des figues vertes. Tel devait être le commencement de la débâcle. Par malheur, tout cela s’entêtait à rester en place, malgré la prédiction. Il tombait beaucoup de figues vertes, mais pas une pauvre petite étoile. La crédulité tint ferme longtemps contre la mystification. Puis, on se résigna, par lassitude, à l’ajournement du programme.

En l’an mil, recrudescence furieuse de l’épidémie. Toutes les malles étaient faites pour l’autre monde. Il fallut les défaire. Quel crève-cœur ! Heureusement, bon nombre d’honnêtes voyageurs n’eurent pas cette peine, s’étant délestés de leur bagage au profit du clergé, en échange d’un passeport pour le paradis. L’histoire ne dit pas s’ils intentèrent un procès en restitution pour défaut de paiement à l’échéance. C’est peu probable. Les tribunaux sans doute auraient décidé qu’il y avait eu bonne foi réciproque dans le contrat, et que les intimés n’étaient pas tenus en cas de force majeure. Les passeports d’ailleurs restaient valables pour les déménagements individuels.

Ah ! ce bon petit commerce de l’autre monde, les maudits astronomes lui ont fait bien du tort ! Il est presque perdu. La science du père Gratry le remettra sur pied, espérons-le.